Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qu’en sera-t-il du Plan Cancer de Monsieur SARKOZY à Boulogne-sur-Mer ?

Publié par Frédéric CUVILLIER sur 5 Novembre 2009

Tandis que le Président de la République annonce son plan Cancer, le Centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer se voit refuser l’autorisation d’exercer l’activité de traitement de la maladie par radiothérapie. J’ai tenu à interpeler Monsieur SARKOZY sur cette contradiction entre ses déclarations et la réalité sur notre Littoral :

Monsieur le Président de la République,

 

Vous avez présenté ce lundi 2 novembre le nouveau plan Cancer pour lequel 750 millions d’euros seront consacrés pour la période 2009-2013.

Aussi, je tiens à saluer tout particulièrement le souhait que vous avez exprimé de faire de la lutte contre les inégalités sociales et géographiques une priorité de ce plan qui passe notamment par le renforcement du nombre de spécialistes impliqués dans la prise en charge du cancer, que sont les radiothérapeutes, oncologues ou encore hématologues.

 

Cette ambition revêt en effet un caractère particulièrement important dans notre région Nord-Pas de Calais, trop durement touchée par le cancer avec de tristes records s’agissant par exemple du nombre de cancers du sein (+ 32%) ou des voies aérodigestives (+81%).

 

Ces intentions affichées s’avèrent toutefois en totale contradiction avec le refus qui vient d’être fait au Centre Hospitalier de Boulogne-sur-Mer de pouvoir poursuivre son activité de traitement du cancer par radiothérapie. Ce dernier, qui a démarré cette activité en 2005 sous l’impulsion de l’Agence Régionale d’Hospitalisation, traite en moyenne 300 patients par an et répond pourtant à un besoin réel et croissant de la population du territoire.

 

La fin de non recevoir opposée par les services de l’ARH à la demande de poursuivre l’activité de radiothérapie publique est de surcroît extrêmement choquante. En effet, elle met en péril les activités de l’ensemble de la filière de cancérologie et finalement l’activité même de l’hôpital. Qui plus est, aucune raison financière ne saurait justifier cette décision : le Centre Hospitalier de Boulogne-sur-Mer est parfaitement géré et la machine supplémentaire de radiothérapie totalement financée par les collectivités locales.

 

Aussi, permettez-moi, Monsieur le Président de la République, de regretter  que malgré vos déclarations et vos orientations que vous avez clairement exposées, votre message ne trouve application dans les faits. Comment « construire l’excellence des soins de demain » tandis que l’on empêche aujourd’hui notre hôpital public de développer son offre de soins en matière de traitement du cancer ?

 

Partageant vos ambitions dans le cadre du plan Cancer, je me tenais de vous alerter sur cette terrible situation qui affaiblit la force de votre message. Je souhaiterais vivement pouvoir vous exposer directement lors d’un rapide entretien à votre convenance ce qui m’apparaît être une réalité scandaleuse, ne doutant pas que vous partagerez mon amer constat.

 

Dans cette attente et cette confiance, je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma plus haute considération.